Seconde édition du labo de création Déranger / Second Déranger intensive creative lab

L’Office national du film du Canada, en collaboration avec le Video Pool Media Arts Centre et On Screen Manitoba, lance la deuxième édition du laboratoire de création Déranger, destiné aux artistes établis multidisciplinaires d’expression française, issus des communautés inuites, métisses et des Premières Nations de partout au Canada.

The National Film Board of Canada (NFB), in collaboration with the Video Pool Media Arts Centre and On Screen Manitoba, is launching the second edition of the Déranger creative lab, designed for established multidisciplinary artists working in the French language and hailing from Inuit, Métis and First Nations communities anywhere in Canada.

Inspiré par le mandat de l’ONF de mettre en valeur la diversité des paroles autochtones en français au pays, Déranger vise à rassembler ces artistes autour d’un projet de création, afin qu’ils puissent investir l’espace public avec leurs œuvres. / Supporting the NFB’s mandate of showcasing the diversity of French-speaking Indigenous voices, Déranger brings a group of artists together around a creative initiative whose goal is to enrich the public space with the works produced.

Du 11 au 15 novembre 2018, au Video Pool Media Arts Centre à Winnipeg, quatre créateurs et créatrices — Daphne Boyer, d’origine métisse (Manitoba), Jessie Short, d’origine michif (Alberta), Dominic Lafontaine, d’origine anishnabek (frontière Québec-Ontario), et Simon M. Benedict, d’origine abénakise (Ontario) — seront jumelés pour développer en duo des prototypes d’œuvres en arts médiatiques avec une dominante visuelle. Des séances de mentorat seront animées par des artistes autochtones de renommée internationale : Caroline Monnet et Sébastien Aubin, participants du premier laboratoire Déranger à Montréal en 2016, et France Trépanier.

From November 11 to November 15, 2018, at the Video Pool Media Arts Centre in Winnipeg, four creators will be paired in groups of two to develop prototypes for works, with an emphasis on the visual aspect of each project. The four creators chosen for this year are Daphne Boyer (Métis, Manitoba), Jessie Short (Michif, Alberta), Dominic Lafontaine (Anishnabek, Quebec-Ontario border), and Simon M. Benedict (Abenaki, Ontario). Mentorship sessions will be led by internationally recognized Indigenous artists Caroline Monnet and Sébastien Aubin, who participated in the first Déranger lab in Montreal in 2016, and France Trépanier.

Présentation des prototypes devant le public ainsi que des producteurs et diffuseurs potentiels

Les prototypes seront présentés le jeudi 15 novembre, au Video Pool Media Arts Centre, à des diffuseurs et producteurs de la scène culturelle manitobaine ainsi qu’au public. L’ONF joue ainsi son rôle d’incubateur de talents et de carrefour de rencontres, afin de favoriser des associations avec des organismes à vocation culturelle et de permettre à ces œuvres d’être produites et diffusées.

L’un des prototypes issus du laboratoire Déranger en 2016 a d’ailleurs été produit pour devenir une installation présentée au Musée des beaux-arts de Montréal : Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde, d’Eruoma Awashish, Meky Ottawa et Jani Bellefleur-Kaltush.

Déranger 

Le laboratoire de création a été conçu à l’ONF en 2016 par Michèle Bélanger, directrice exécutive, Programmation et production au Programme français — d’où la priorité accordée à l’usage du français —, de concert avec Caroline Monnet, porte-parole et commissaire de la première édition de Déranger et mentor pour cette deuxième édition. Le nom du laboratoire a été choisi par les artistes qui y ont participé en 2016. Il revêt plusieurs sens pour les artistes autochtones : déranger les conventions par  ; créer des œuvres qui dérangent ; vouloir être dérangé.

Le laboratoire

Des arts visuels et graphiques à la vidéo, de la musique à la photo, les quatre artistes invités du laboratoire Déranger conjugueront les disciplines pour créer en équipe des prototypes actuels en arts médiatiques. Ils disposeront d’une installation de production complète (studio d’enregistrement, studio de son, salle de montage, infographie, etc.) au Video Pool Media Arts Centre, et le vidéaste Mike Maryniuk tournera des capsules vidéo, qui seront diffusées sur la page Facebook de l’ONF.

Les quatre artistes

Daphne Boyer, artiste en arts visuels et phytologue d’origine métisse (Manitoba)
Jessie Short, artiste, cinéaste et commissaire d’exposition indépendante d’origine michif (Alberta)
Dominic Lafontaine, artiste, poète et musicien d’origine anishnabek (frontière Québec-Ontario)
Simon M. Benedict, artiste dans le domaine de la vidéo, du son, de la performance et de la photo d’origine abénakise (Ontario)

Les trois mentors

Caroline Monnet, artiste multidisciplinaire anichinabée et française
Sébastien Aubin, artiste graphique cri originaire du Manitoba
France Trépanier, artiste, commissaire d’exposition et chercheuse d’ascendance kanien’kéha:ka (mohawk) et québécoise

Prototypes shown to public, producers and potential distributors on Nov. 15

The prototypes will be presented on Thursday, November 15, at the Video Pool Media Arts Centre, to Manitoba producers and distributors, as well as to the public at large. Through its participation in Déranger, the NFB serves as a talent incubator and networking hub, supporting cultural organizations and making it possible for works like this to be produced and distributed.

One of the prototypes developed during the 2016 edition of Déranger went into production and became an installation at the Montreal Museum of Fine Arts (Kushapetshekan/Kosapitcikan: A Glimpse into the Other World, by artists Eruoma Awashish, Meky Ottawa and Jani Bellefleur-Kaltush).

Déranger 

The idea for the creative lab was developed in 2016 by Michèle Bélanger, Executive Director of Programming and Production for French Program, together with Caroline Monnet, spokesperson and curator for the first edition of Déranger and mentor for this second edition.

The lab’s name, Déranger (a French verb meaning “to disrupt or disturb”), was chosen by the Indigenous artists who participated in the 2016 edition. The word carried several connotations for them, including the notion of Indigenous voices speaking out in the public space to disrupt the conventions of our society, which has kept them at bay for too long; creating works that disrupt; and wanting to be disrupted.

The four artists

Daphne Boyer: visual artist and plant scientist of Métis origin (Manitoba)
Jessie Short: artist, filmmaker and independent curator of Michif origin (Alberta)
Dominic Lafontaine: artist, poet and musician of Anishnabek origin
Simon M. Benedict: photographer and artist working in video, sound, and performance, of Abenaki origin

The three mentors

Caroline Monnet: multidisciplinary Anishinaabe/French artist
Sébastien Aubin: Cree graphic artist originally from Manitoba
France Trépanier: artist, curator and genealogy researcher—kanien’kéha:ka (Mohawk) and Québécoise